Extrêmes climatiques dans le monde en ce mois de juillet

Deux records de températures ont interpellé de nombreux météorologues dans le monde entier ce mois-ci : le premier en Antarctique et le second en Afrique du Nord. Ils font état de nombreux débats.



Plusieurs records de froid ont été observés en Antarctique ces dernières décennies. Le premier record date du 21 juillet 1983 avec -89,2°C à Vostok, suivi du 31 juillet 2013 (-93°C) et du 10 août 2010 (-93.2°C). Ces derniers sont confirmés. Un nouveau record a été mesuré en début de mois : -98.6°C ! Mais cette mesure est-elle confirmée ? D’après nos recherches, cette dernière l'est. Toutefois, sur la période hivernale 2004-2016, une centaine de sites ont déjà observés cette température, ce qui la rend ainsi peu fiable. En réalité, ces températures de surfaces les plus basses (~ -98°C°) sont situées en haute altitude (3 800m environ) dans des bassins topographiques à 2 mètres de profondeur. Également, les températures de la surface enneigée et de la température de l’air créent une différence de 4°C. Pour cette situation, c’est un très grand débat qui s’ouvre.

Partons plus au Sud : en Afrique du Nord. Le 5 juillet dernier, une chaleur historique a frappé le nord du pays. La barre des 50°C a été dépassée. Un nouveau record national d’Algérie (et pour toute l’Afrique) a été largement battu : une température à 51.3°C a été observée à Ouargla. Les précédents records datent du 12 juillet 2002 à Salah (50.6°C) et du 13 juillet 1961 à Semara au Sud du Maroc (50.7°C). Là aussi, une température plus chaude (55°C en Tunisie, en 1931) a été déjà relevée mais cette dernière est fausse et pas du tout crédible selon l’historien météorologue Christopher C. Burt.